Étapes du retraitement d’endoscopes et difficultés associées

L’endoscopie a révolutionné le domaine de la médecine en permettant de réaliser des interventions mini-invasives et des diagnostics précis. Il est cependant essentiel de retraiter correctement les endoscopes pour garantir la sécurité des patients et prévenir les infections associées aux soins (IAS).

Quelles sont les étapes essentielles du retraitement d’endoscopes ?
Quelles sont les difficultés associées à ce processus décisif ?

Découvrons le processus de retraitement d’endoscopes et répondons à ces questions ensemble.

Étape 1 : Utilisation sur les patients

Un endoscope est un tube souple doté d’une lumière et d’une caméra qui transmet en temps réel des vidéos haute définition de l’intérieur du corps du patient sur un écran TV couleur de la clinique ou de l’hôpital.
Ils peuvent être utilisés pour des interventions non chirurgicales, en insérant l’endoscope par la bouche ou par l’anus du patient.
Les endoscopes remplacent de plus en plus les interventions chirurgicales traditionnelles, car leur utilisation est moins invasive, moins douloureuse et plus rapide.

Ces instruments sont insérés dans le corps des patients et requièrent donc un processus de retraitement minutieux avant d’être réutilisés sur le prochain patient.

Étape 2 : Nettoyage au chevet du patient

Le processus de retraitement de l’endoscope commence juste après son utilisation sur le patient.

La première étape du retraitement d’endoscopes est le nettoyage au chevet du patient. Cette étape implique l’élimination des contaminants grossiers tels que le sang, les tissus et d’autres résidus, de la surface et des canaux internes de l’endoscope. Le nettoyage au chevet du patient commence immédiatement après l’utilisation de l’endoscope. Il est important de souligner que le nettoyage au chevet du patient ne constitue pas une désinfection de haut niveau ou une stérilisation ; il s’agit simplement d’une première étape cruciale pour faciliter les étapes de nettoyage suivantes.

Étape 3 : Test d’étanchéité

Après le traitement au chevet du patient, les endoscopes doivent être transportés en toute sécurité vers la salle de retraitement où ils sont soumis à un test d’étanchéité pour détecter d’éventuels dommages ou défauts. Le test d’étanchéité doit être réalisé avant le nettoyage manuel. En effet, il permet de vérifier que l’endoscope est intact et qu’aucun liquide ne peut s’infiltrer dans des zones difficiles d’accès lors des étapes ultérieures de nettoyage et de désinfection.

Le test doit être réalisé de manière méticuleuse afin de détecter les moindres fuites susceptibles de compromettre le bon fonctionnement de l’endoscope ainsi que le processus de désinfection ultérieur. Si des fuites ne sont ni identifiées ni réparées, cela peut gravement endommager les endoscopes et rendre la désinfection inefficace, ce qui constitue un risque pour les patients.

Étape 4 : Nettoyage manuel

Le nettoyage manuel constitue une étape essentielle qui consiste à nettoyer en profondeur les surfaces externes, les canaux et les accessoires de l’endoscope. Cette étape est réalisée à l’aide de détergents en une seule opération, de brosses à usage unique et d’appareils de rinçage pour éliminer tous les résidus organiques et non organiques, y compris les biofilms, qui peuvent persister après le prénettoyage. Il ne faut jamais réutiliser les solutions de détergent employées pour le nettoyage manuel. Les endoscopes sont des instruments difficiles à nettoyer manuellement en raison de leur forme complexe et de leurs canaux étroits. La présence de fissures, de jointures et de composants délicats requiert des précautions particulières. Si le nettoyage est mal réalisé, il peut rester des résidus de contaminants, ce qui pose un risque de contamination croisée et compromet la sécurité des patients.

La principale difficulté du nettoyage manuel est le temps. Les professionnels du milieu médical doivent réaliser cette étape rapidement pour éviter la formation de biofilms, qui peuvent abriter des microorganismes nocifs. Toutefois, un prénettoyage réalisé dans la précipitation ne garantit pas l’élimination totale des contaminants, ce qui présente un risque pour la santé des patients.

Les étapes de nettoyage au chevet du patient et de nettoyage manuel constituent les étapes les plus importantes du retraitement d’endoscopes, car il est impossible de désinfecter ou même de stériliser efficacement un instrument qui n’a pas été nettoyé correctement. Notre appareil, l’EPW 100 S, qui assiste le processus de nettoyage manuel et effectue automatiquement le test d’étanchéité, est équipé d’une IHM intuitive. L’appareil permet d’identifier l’instrument et l’opérateur sans contact, grâce à un lecteur de code-barres ou un système RFID intégré.
L’EPW 100 S peut être équipé d’une imprimante intégrée et peut communiquer avec le logiciel de suivi SteelcoData pour une traçabilité totale du processus.
Après la phase de brossage, il assure des phases automatiques de lavage, de rinçage et de purge de chaque canal, ce qui permet de préserver la santé des opérateurs et d’éliminer le risque de lésions dues aux tâches répétitives.

Étape 5 : Désinfection de haut niveau ou stérilisation

Après le nettoyage manuel, qui peut être assisté par des appareils automatiques tels que l’EPW 100 S, les endoscopes doivent passer par une étape de désinfection de haut niveau dans des appareils de retraitement d’endoscopes automatisés (AER) ou de stérilisation, en fonction de la procédure et des directives particulières. La désinfection de haut niveau inactive un large éventail de microorganismes, tandis que la stérilisation terminale garantit l’élimination totale de tous les microorganismes, y compris les spores bactériennes, et ne peut être maintenue que si les instruments sont protégés par des systèmes de barrière stérile (SBS).

Les AER de Steelco ont également une fonction de stérilisation par produit chimique liquide. Ce processus garantit de bien meilleurs résultats que de simples cycles de désinfection de haut niveau, même sans garantir la stérilité au fil du temps en raison de l’absence de SBS. Il s’agit de l’option privilégiée pour le retraitement d’endoscopes particulièrement critiques.

La compatibilité entre l’endoscope et le processus de désinfection/stérilisation doit faire l’objet d’une vérification. Pour cela, tous les fabricants de laveurs d’endoscopes doivent procéder à des essais de type afin de vérifier l’efficacité de la méthode choisie.

Les exigences de la norme ISO 15883-4 considèrent tous les laveurs d’endoscopes comme des systèmes fermés qui ne doivent être utilisés qu’avec des produits chimiques ayant été soumis à des essais de type et validés par le fabricant de l’AER.

Si la méthode choisie ne convient pas ou que le processus n’est pas correctement validé, l’endoscope peut être endommagé et la désinfection inefficace, ce qui présente un risque pour la sécurité des patients.

Pour assister les opérateurs lors du retraitement d’endoscopes, notre série EW d’ appareils de retraitement d’endoscopes automatisés garantit l’efficacité, le contrôle des infections et des opérations rentables grâce aux solutions de flux de travail dédiées, à l’intégration complète avec notre logiciel de traçabilité SteelcoData Ares, sans oublier les processus sans contact RFID et l’ OCS (système de connexion unique), qui permet de réduire la durée des étapes de retraitement tout en réduisant le risque d’erreurs et de contamination croisée.

Étape 6 : Séchage et stockage

L’étape finale consiste à sécher soigneusement l’endoscope désinfecté et à le stocker de manière appropriée. Un séchage en profondeur est indispensable pour empêcher la prolifération de microorganismes qui recherchent l’humidité, et un stockage approprié permet d’éviter une recontamination avant la prochaine utilisation. Notre sélection d’armoires de séchage et de stockage permet de sécher et de stocker les endoscopes souples et de protéger les endoscopes retraités du risque de contamination en maintenant leur intégrité microbiologique jusqu’à 840 heures.

 

Pour conclure, il est essentiel de surmonter les difficultés telles que la contrainte de temps, les formes complexes et les problèmes de compatibilité pour garantir l’efficacité et la sécurité du retraitement des endoscopes. Les recherches en cours, l’amélioration de la technologie, l’éducation et le respect des directives sont des éléments essentiels pour garantir la sécurité des patients et l’intégrité des établissements médicaux.

Produits associés

EPW 100 S

EPW 100 S

Semi-Automatic Device supporting Endoscopes Manual Cleaning
EW 1 S MAXI

EW 1 S MAXI

Endoscope Reprocessor with Automatic OCS Coupling
Process Chemicals for Endoscopy

Process Chemicals for Endoscopy

Specifically Formulated Process Chemicals for Optimum AERs Performances.
SteelcoData Ares

SteelcoData Ares

Complete Endoscope Reprocessing Traceability

Actualités

Steelco DS Optima PH
Le laveur de qualité pharmaceutique conforme aux bonnes pratiques de fabrication (BPF) le plus rapide du marché : prêt pour les essais d’homologation en usine en seulement 3 mois ! Le nouveau DS…